top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurclimatcausses

Hiver printanier : 11 février - 31 mars 2024

Dernière mise à jour : 16 avr.




1ère décade : 11/02 - 20/02

Encore un peu de pluie les 11-12/02, en marge du courant zonal affaibli qui circule vers les îles britanniques. Un intermède de beau temps au passage d'une dorsale mobile les 13-14/02. Ensuite se prolonge cette tendance récurrente en bordure des flux d'ouest atténués, traduite par une prédominance des ciels ennuagés, dans une ambiance conforme à un hiver printanier marqué par une constante douceur, traduite par les couleurs claires du tableau ci-dessous.



2ème décade : 21/02 - 29/02

Le courant zonal reprend de la vigueur et se manifeste par un "gros coup de vent" le 22/02 sur un axe Vendée - Bassin parisien. Ce flux d'Ouest très agité effleure simplement les Grands Causses en distribuant quelques giboulées, neigeuses au seuil de 800-900 m d'altitude. Ce type de temps se déroule tout au long de la décade, une ambiance tout à fait de saison comme en témoigne la synthèse établie sur le tableau ci-dessous. Un mois de février complètement à l'opposé de 2023 !



3ème décade : 01/03 - 10/03

Un blocage du courant zonal favorise le développement d'un profond "talweg" au fond duquel s'isole une "goutte froide" centrée au large de la vallée du Rhône le 03/03. Ainsi se déclenche un "retour d'Est" classique en début de printemps. Les Grands Causses reçoivent une neige furtive au seuil de 600-700 m d'altitude, notamment à Rodez, alors qu'on relève 1,30-1,80 m sur la frontière de Haute-Maurienne exposée à la "lombarde". L'épisode neigeux déborde sur la bordure orientale du Massif Central, déposant une épaisseur de 30-40 cm des Cévennes ardéchoises au Pilat.

Une courte accalmie avant l'arrivée d'un épisode méditerranéen plus "musclé" les 08-09/03. Le forçage orographique s'exprime pleinement sur l'escarpement cévenol, 270-320 mm de l'Aigoual au Tanargue en 48 h. En outre estimation 50-80 cm de neige humide poussée par des rafales de Sud à plus de 100 km/h au-dessus de 1200 m d'altitude sur la Montagne ardéchoise. Ambiance de blizzard ! Un épisode classique, exceptionnel en mars, qui se traduit seulement par le puissant vent de Midi sur les Grands Causses et limité à 100 mm sur le haut bassin-versant de la Sorgue. Pas d'inquiétude à Millau avec la crue du Tarn stabilisée à 5 mètres le 10/03.



Le village le plus haut du Massif Central (1350 m d'altitude) le 10/03 au matin après la tourmente nocturne, dans un décor hivernal un peu tardif sous une "neige méditerranéenne" estimée au seuil symbolique de 1 mètre d'épaisseur.





Ci-contre une forte crue de l'Ardèche à St Martin d'Ardèche le 10/03 suite aux pluies diluviennes cumulées pendant la journée du 09/03 à toutes altitudes, puis sous le seuil de 1100 m durant la nuit suivante (317 mm enregistrés à La Souche en 48 h, au pied du Tanargue).






4ème décade : 11/03 - 20/03

Retour à l'enchaînement logique composé d'une traîne active le 11/03, se stabilisant le 12/03 avant le passage d'une dorsale mobile le 13/03, suivie d'entrées maritimes précédant un flux d'ouest atténué marqué par quelques averses le 15/03. Cette phase évolue vers une agréable douceur printanière associée à une apophyse anticyclonique des Açores, dépassant même les 20° le 17/03 et 19/03. On remarque néanmoins la pénurie chronique de la pluviométrie au cours de cette saison.



5ème décade : 21/03 - 31/03

Une cellule anticyclonique positionnée sur la France assure quelques journées de beau temps doux, un vent modérée du quadrant nord-ouest dispersant quelques passages nuageux inoffensifs. Puis le 25/03 un nouvel épisode méditerranéen, encore bien renforcé par le relief cévenol vient effleurer les Grands Causses en déversant 50 - 120 mm de l'Escandorgue à l'Espinouse. Une infiltration d'air plus frais à l'arrière de la discontinuité frontale permet le retour de la neige sur la Montagne ardéchoise, une épaisseur de 20-30 cm qui ne résiste guère à la tiédeur du vent du Midi bien vigoureux le 29/03. A l'issue des 2 dernières décades, le cumul pluviométrique de mars s'échelonne de 100 à 400 mm de Saint-Affrique au Caylar, preuve de l'amortissement sensible des 2 épisodes cévenols typiques du massif de l'Aigoual qui s'infiltrent sur le Larzac méridional et impactent seulement la tête de bassin-versant de la Sorgue (280 mm à Cornus contre 135 mm à Saint-Félix-de-Sorgue).




11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page