top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurclimatcausses

Semestre chaud : 1er avril - 30 septembre 2020

Dernière mise à jour : 25 févr. 2023

Coeur printanier : 1er avril - 10 mai 2020


1ère décade : 01/04 - 10/04

La situation de NAO négative se maintient, ce qui favorise la persistance anticyclonique du Proche-Atlantique à l'Europe centrale, alors que l'instabilité se manifeste sur la péninsule ibérique, avec quelques débordements sur le Sud-Ouest du territoire. Donc la circulation méridienne se traduit par une relative fraîcheur de NW en début de période, suivie d'une orientation au flux de Sud anticyclonique dès le 04/04, marqué par une agréable ambiance printanière. Le vent d'autan se renforce du côté des Mts de Lacaune, bien ressenti également sur les Grands Causses. Les températures maximales atteignent des valeurs dignes d'un joli mois de mai, agrémentées d'un beau ciel bleu. Voilà une saison froide la plus tiède jamais enregistrée.

2ème décade : 11/04 - 20/04

La configuration synoptique assure la persistance de ce flux de Sud anticyclonique, concrétisée par une ambiance de printemps estival. C'est "Noël et Pâques au balcon" !! Une frustration supplémentaire en cette période de confinement. "Sacré virus ! Le soleil aura ta peau" !! Progressivement se met en place la configuration d'un épisode méditerranéen, néanmoins la densité des entrées maritimes se désagrège rapidement au-delà des crêtes héraultaises, ce qui traduit la concentration du phénomène le long du littoral languedocien. Effectivement, dès le vendredi 17/04, tombent les premières pluies fines sur Narbonne, qui s'interrompent jusqu'au 19/04 au soir, alors que l'Aveyron est épargné. L'activité pluviale stratiforme se déclenche réellement dès le lundi 20/04, de faible intensité sur les Grands Causses. On observe une situation de blocage classique, pilotée par le positionnement d'un solide anticyclone étendu de la Scandinavie aux Iles britanniques, bien figée pour 72 heures environ.

3ème décade : 21/04 - 30/04

Comme prévu, l'épisode méditerranéen ne déborde que modérément vers le Sud-Aveyron. Les relevés pluviométriques en témoignent, de 100 à 150 mm sur l'Aude, contre 20 à 30 mm sur l'ensemble des Grands Causses, la chape nuageuse commençant à se disloquer le mercredi 22/04 après-midi. Bien sûr, l'épaisse nébulosité se concrétise par un contraste thermique important avec une grande partie du territoire au nord de l'Occitanie, qui bénéficie d'une ambiance estivale avec un ciel dégagé et un vent de NE modéré, alors que notre région baigne dans la douceur humide. Plutôt une ambiance bretonne, une fois n'est pas coutume ! Peu à peu, la région retrouve un temps plus agréable, mais il demeure un fond d'instabilité dans un champ de pression à faible gradient dénommé "marais barométrique", favorable aux orages localisés en zones de montagnes escarpées. Les plateaux bénéficient d'une meilleure ventilation, donc de belles périodes ensoleillées. Cette situation se modifie le 29/04 avec le rétablissement d'un flux océanique à composante Sud-Ouest.

4ème décade : 01/05 - 10/05

Toujours la persistance d'une circulation lente à composante Sud-Ouest, le courant-jet se trouvant dévié vers la péninsule ibérique, en raison d'une puissante dorsale anticyclonique centrée au sud du Groënland. Donc, seulement quelques pluies faibles du 01/05 au 03/05, puis ce scénario se traduit par un type de temps digne d'un début d'été, car la prédominance d'un flux de Sud en basses couches advecte de 'air méditerranéen, asséché au-delà des crêtes héraultaises. Mais après 5 jours de douce chaleur, se met en place une goutte froide au large du Portugal, venant se positionner lentement sur le centre de la France. L'air froid scandinave qui s'approche de la Manche, crée un violent contraste avec les bouffées d'air chaud venues d'Espagne, au niveau du golfe de Gascogne. Les sévères lignes orageuses restent cantonnées de l'Aquitaine au Bassin parisien, épargnant l'Occitanie soumise seulement aux pluies modérées d'entrées maritimes très denses, provenant du golfe du Lion. Selon ce schéma, la pluviométrie est nettement plus élevée en Narbonnaise que sur les Grands Causses. Sur certaines régions les cumuls deviennent exceptionnels par leur durée, car l'ensemble du système ne se décale que très lentement vers l'Est. Cet exemple montre bien que le Sud-Aveyron se situe en marge du climat aquitain, alors que la pluviosité est intense par forçage orographique sur la Montagne Noire et les Monts de Lacaune, durant la nuit du 10-11/05.



​​​​

Printemps estival : 11mai - 20juin

1ère décade : 11/05 - 20/05​

La goutte froide se décale lentement vers l'Italie, laissant encore des formations nuageuses denses à l'arrière, notamment du Pays Basque à la Montagne Noire. Si la pluviosité demeure modeste sur l'ensemble des Grands Causses, des cumuls supérieurs à 200 mm sur le haut bassin-versant de l'Agout et du Thoré provoquent des crues exceptionnelles, comme du côté de l'Adour. Puis changement de régime à partir du 14/05, marqué par une cellule anticyclonique sur les Iles britanniques, alors que la dépression de Gênes permet le renforcement de la tramontane. Cette configuration favorise l'établissement d'une ambiance estivale remarquable, avec des maxima qui dépassent les 25° dans les vallées du 16 au 20/05.


2ème décade : 21/05 - 31/05​

La situation estivale se prolonge durant toute la période, tout juste un passage nuageux sans précipitations notables le 23/05. Ainsi se distingue un phénomène remarquable par sa durée, en raison d'une circulation méridienne bien ancrée de l'Atlantique-Nord à l'Europe de l'Est, avec une puissante apophyse anticyclonique des Iles britanniques à la mer Baltique. Une telle configuration accroît le risque de sécheresse sur une grande partie du Massif Central notamment, notre région bénéficiant encore des réserves hivernales et de quelques entrées maritimes, bien affaiblies tout de même comme l'atteste ce bel ensoleillement. Ce contexte climatique pourrait contribuer à un relatif "essoufflement" du coronavirus, mais cela reste encore à démontrer !

3ème décade : 01/06 - 10/06​

La configuration globale se traduit encore par une ambiance estivale en début de décade, néanmoins le recul vers le nord des hautes pressions favorise l'infiltration d'air chaud et humide sur la trajectoire de la péninsule ibérique. Ainsi se met en place un fort contraste entre l'air frais polaire issu de la mer du Nord et l'air instable provenant du large du Portugal. Donc, se déclenche un brusque changement de temps à partir du 04/06, marqué par un système pluvio-orageux et une baisse sensible des températures. Le vent de nord-ouest accompagne des passages nuageux instables qui se traduisent par un type de temps à giboulées et quelques instants de grésil ... Bref, une ambiance de mars-avril !

4ème décade : 11/06 - 20/06

La lenteur du jet-stream se révèle par ses méandres de grande amplitude, ce qui permet l'établissement d'une "vallée froide" , favorable à l'isolement d'une "goutte froide". Ainsi se met en place un système de blocage qui impacte une grande partie du territoire. Le positionnement du centre dépressionnaire sur le golfe de Gascogne est à l'origine de l'épisode cévenol remarquable, qui frappe de manière classique les hauts bassins-versants du Gard et du Tarn du 11 au 13/06, avec des cumuls pluviométriques de 300-400 mm en 48 heures sur l'épicentre du phénomène. La région des Grands Causses se trouve relativement épargnée, comme le suggère le gradient pluviométrique de la vallée de la Sorgue à Millau : 110 mm à Latour-sur-Sorgue, 60 mm à Millau-Soulobres. (voir rubrique "événements) La goutte froide se résorbe progressivement et la cellule anticyclonique de traduit par l'établissement d'un flux de nord-ouest concrétisé par le retour du beau temps en fin de décade.

Coeur estival 21juin - 10 août

1ère décade : 21/06 - 30/06

La cellule anticyclonique se décale lentement vers l'Europe centrale, le maintien de la circulation méridienne permet la mise en place d'une vague de chaleur à partir du 23/06. Le soleil brille sur les Grands Causses, la chaleur légèrement tempérée par un vent du Midi modéré. Les méandres du jet-stream d'altitude se décalent lentement vers l'Est, ce qui permet le rétablissement d'un flux de nord-ouest qui rafraîchit l'ambiance atmosphérique. Le contraste thermique avec l'air chaud qui résiste vers le bassin méditerranéen favorise une situation orageuse classique, qui épargne la partie méridionale des Grands Causses. Seulement quelques averses ponctuelles sont détectées dans la nuit du 25-26/06, sinon c'est le beau temps qui règne globalement sur la région, avec un bel ensoleillement conforme à l'influence du climat méditerranéen.

2ème décade : 01/07-10/07 ​

Le positionnement du jet-stream à hauteur des Iles britanniques favorise l'établissement d'un beau temps stable sur les Grands Causses. La vitesse modérée du courant d'altitude se traduit par d'amples ondulations et la succession de cellules anticycloniques provoque la désagrégation de quelques faibles perturbations sur le nord-ouest du pays. Cette configuration synoptique se concrétise par une prédominance d'un flux de nord-ouest, parfois du vent soutenu, des nuits relativement fraîches , de beaux ciels bleus, sans forte chaleur en journée, rarement plus de 30° dans les vallées. Cette ambiance rappelle les étés d'antan, la stabilité des années 1960-70, l'influence sensible de l'été méditerranéen.

3ème décade : 11/07-20/07​

La stabilité amorcée précédemment se confirme nettement, suite à une ondulation anticyclonique fixée dans le secteur des Iles britanniques. Donc la décade favorise la prédominance d'un temps estival, simplement interrompu par l'influence d'une perturbation de nord-ouest se désagrégeant vers le sud du pays. Cette évolution classique se traduit par une ambiance fraîche et ventée durant 3 jours, un ciel très ennuagé, alors que le soleil brille sur les pentes cévenoles par effet de foëhn. Le décalage très progressif de la cellule anticyclonique vers l'Est se traduit par un retour de la chaleur dès le 19 juillet.

4ème décade : 21/07-31/07

La tendance globale se prolonge conformément à l'évolution estivale du climat régional. Il s'agit donc d'une situation anticyclonique renforcée par le réchauffement climatique. Cela se traduit par des apophyses des hautes pressions subtropicales, intégrées dans les amples ondulations du courant-jet en altitude. Ainsi s'expliquent de brefs pics de chaleur, banals sur les Grands Causses, plus surprenants vers l'ensemble de l'hexagone. Le flux de basses couches demeure le plus souvent de nord-ouest, plutôt dans un champ de pression à faible gradient, style "marais barométrique", configuration propice aux orages localisés par évolution diurne à proximité des reliefs. Signalons par exemple l'orage sévère sur St Félix-de-Sorgue la nuit du 22-23/07, avec grêlons comme des billes durant 5 bonnes minutes, phénomène rare sur ce secteur du Sud-Aveyron. Ensuite, les pics de chaleur atteignent au maximum 35° dans les vallons les plus favorables à l'accumulation de chaleur, à peine 3 journées d'atmosphère très lourde, sinon vent d'autan blanc modéré pour assurer une ventilation supportable par effet de foehn, ce qui place la région au seuil de canicule fixé à 3 jours et 3 nuits consécutifs. Cette ambiance estivale remarquable place juillet au rang des mois les plus secs depuis 1959.

5ème décade : 01/08 - 10/08​

La configuration synoptique conserve la constance de ce profil estival, toujours marqué par une succession de cellules anticycloniques qui circulent dans les méandres d'un jet-stream qui dessine une sinusoïde accentuée. Une telle évolution provoque des contrastes thermiques brutaux , liés aux rapides modifications du gradient de pression. En outre, les flux passagers de nord-ouest permettent un creusement dépressionnaire sur le golfe de Gênes, générant le renforcement de tramontane et mistral. D'où le risque maximal d'incendies sur les zones les plus exposées, à ce stade avancé du dessèchement végétal. La prédominance anticyclonique favorise l'expansion de l'air tropical vers le nord de l'hexagone. Donc l'épisode caniculaire devient plus sévère au-delà de la région parisienne, alors que sur les Grands Causses le phénomène impacte seulement leprincipales vallées au coeur de l'après-midi. Par exemple, en vallée de Sorgue, on relève des maxima supérieurs à 35° du 07-09/08 , les minimales s'abaissant au seuil des 15°. En outre, l'ensoleillement demeure très élevé et les foyers rageux très localisés, plutôt vers les Mts de Lacaune.

Eté automnal : 11 août - 30 septembre

1ère décade : 11/08 - 20/08​

Toujours la persistance de la masse d'air très chaude en début de décade. Toutefois, l'épisode caniculaire se place au 3ème rang, après 2003 en terme de durée (12 jours), derrière 2019 en terme d'intensité (46° au pied des Cévennes gardoises et héraultaises). Le phénomène est plus intense vers le nord que dans le domaine méditerranéen, où un léger brassage diminue la concentration de la chaleur sous l'effet da quelques brises de vallées. Ensuite, les méandres du jet-stream reprennent leur rythme estival en altitude. Un bref passage dépressionnaire provoque une situation orageuse dans la nuit du 12-13/08, assez marquée sur la vallée de la Sorgue, suivie d'un flux de nord-ouest modéré avec bel ensoleillement et ambiance agréable. Puis le 19/08, un vent d'autan soutenu nous ramène une bonne chaleur, toutefois la sécheresse estivale n'atteint pas un niveau remarquable sur le Sud-Aveyron, grâce à l'épisode pluvieux de mi-juin, contrairement à de nombreuses régions de la moitié nord de la France.

2ème décade : 21/08 - 31/08​

Durant cette période se dessinent les prémices d'une ambiance automnale, alors que la chaleur estivale tente encore de faire de la résistance. Effectivement les maximales dépassent encore les 30° en journée des 25 et 27/08, toujours sous l'influence d'un anticyclone sur le Proche-Atlantique, qui favorise un bel ensoleillement et un vent de nord-ouest modéré. Mais dès le 28/08, changement assez brutal avec une descente d'air polaire devenant de plus en plus instable vers le Sud. La convection se développe autour du Canigou, tandis que des pluies modérées arrosent les Grands Causses (10 à 15 mm). S'ensuit un temps de traîne caractérisé par vent de nord-ouest soutenu, fraîcheur marquée et quelques averses. Fini le temps des canicules, place à une ambiance plus classique, avec flux océanique à la latitude des Iles britanniques.

3ème décade : 01/09 - 10/09

La configuration synoptique évolue vers une hausse de pression depuis l'Atlantique, ce qui permet un assèchement de la masse d'air et un ensoleillement généreux après une sensible fraîcheur matinale (minima inférieurs à +5° dans certains bas-fonds le 02/09). Néanmoins situation conforme à la saison, qui se poursuit tout au long de la décade. Les amples ondulations du courant d'altitude au niveau des îles britanniques favorise une tendance dépressionnaire en Méditerranée, concrétisée par un renforcement passager du vent de N.O. les 05-06/09. En outre, cela se traduit par l'isolement d'une "goutte froide"se déplaçant lentement du golfe du Lion vers la Sardaigne. S'ensuit une instabilité orageuse qui demeure cantonnée au rebord de la Montagne Noire, inoffensive sur le Sud-Aveyron le 09/09. Ce sont peut-être les prémices de la "mousson méditerranéenne", se manifestant souvent vers la mi-septembre. L'occasion d'enrayer la sécheresse qui impacte la région, notamment le rougier de Camarès.

4ème décade : 11/09 - 20/09​

La tendance demeure axée sur la persistance d'un flux anticyclonique subtropical, responsable d'un pic de chaleur exceptionnel sur le centre de la France du 13-18/09, avec des maxima supérieurs à 35°, qui épargne les Grands Causses grâce à un "autan blanc" modéré qui ventile l'atmosphère. Néanmoins, la situation mise en place en altitude depuis la décade précédente se confirme avec insistance, ce qui permet le développement d'une "goutte froide" se déplaçant lentement du golfe de Gascogne à la Méditerranée, avec forte convergence d'un flux humide et rapide vers les Cévennes . Ainsi se déclenche la sévérité maximale du système orageux le 19/09 au matin, très concentré et stationnaire durant 7 heures sur les versants sud de la Gardonnenque (R5++ d'après l'observatoire Keraunos). Un épisode qui rappelle la violence des éléments en septembre 1900 sur le secteur de Valleraugue, au pied de l'Aigoual (environ 950 mm en 10 heures contre 700 mm en 10 heures cette fois-ci, dont 360 mm en 3 heures.) Ailleurs, l'activité orageuse reste modérée, notre région du Sud-Aveyron se trouve encore en marge de cette virulence exceptionnelle, bloquée sur le rebord du Larzac (193 mm au Caylar).

5ème décade : 21/09 - 30/09​

Suite à l'épisode cévenol déclenché par l'intervention de l'air polaire en altitude, l'invasion d'air froid s'accentue en provenance de la mer de Norvège. Cela se traduit par une instabilité accrue. La configuration en "vallée froide" sur l'Europe occidentale génère une plus grande activité dépressionnaire. Grande turbulence et rafraîchissement sensible sont à l'ordre du jour (première neige sur les "trucs" de l'Aubrac). Finie l'ambiance estivale pratiquement ininterrompue depuis le mois de mai ; une situation historique ! Toutefois, si la sécheresse superficielle est stoppée par les pluies modérées récentes, il en faudra encore beaucoup pour amorcer un remplissage des réserves hydriques très amoindries pendant 2 années consécutives.






Printemps estival : 11mai - 20juin

1ère décade : 11/05 - 20/05

La goutte froide se décale lentement vers l'Italie, laissant encore des formations nuageuses denses à l'arrière, notamment du Pays Basque à la Montagne Noire. Si la pluviosité demeure modeste sur l'ensemble des Grands Causses, des cumuls supérieurs à 200 mm sur le haut bassin-versant de l'Agout et du Thoré provoquent des crues exceptionnelles, comme du côté de l'Adour. Puis changement de régime à partir du 14/05, marqué par une cellule anticyclonique sur les Iles britanniques, alors que la dépression de Gênes permet le renforcement de la tramontane. Cette configuration favorise l'établissement d'une ambiance estivale remarquable, avec des maxima qui dépassent les 25° dans les vallées du 16 au 20/05.


2ème décade : 21/05 - 31/05

La situation estivale se prolonge durant toute la période, tout juste un passage nuageux sans précipitations notables le 23/05. Ainsi se distingue un phénomène remarquable par sa durée, en raison d'une circulation méridienne bien ancrée de l'Atlantique-Nord à l'Europe de l'Est, avec une puissante apophyse anticyclonique des Iles britanniques à la mer Baltique. Une telle configuration accroît le risque de sécheresse sur une grande partie du Massif Central notamment, notre région bénéficiant encore des réserves hivernales et de quelques entrées maritimes, bien affaiblies tout de même comme l'atteste ce bel ensoleillement. Ce contexte climatique pourrait contribuer à un relatif "essoufflement" du coronavirus, mais cela reste encore à démontrer !

3ème décade : 01/06 - 10/06

La configuration globale se traduit encore par une ambiance estivale en début de décade, néanmoins le recul vers le nord des hautes pressions favorise l'infiltration d'air chaud et humide sur la trajectoire de la péninsule ibérique. Ainsi se met en place un fort contraste entre l'air frais polaire issu de la mer du Nord et l'air instable provenant du large du Portugal. Donc, se déclenche un brusque changement de temps à partir du 04/06, marqué par un système pluvio-orageux et une baisse sensible des températures. Le vent de nord-ouest accompagne des passages nuageux instables qui se traduisent par un type de temps à giboulées et quelques instants de grésil ... Bref, une ambiance de mars-avril !

4ème décade : 11/06 - 20/06


La lenteur du jet-stream se révèle par ses méandres de grande amplitude, ce qui permet l'établissement d'une "vallée froide" , favorable à l'isolement d'une "goutte froide". Ainsi se met en place un système de blocage qui impacte une grande partie du territoire. Le positionnement du centre dépressionnaire sur le golfe de Gascogne est à l'origine de l'épisode cévenol remarquable, qui frappe de manière classique les hauts bassins-versants du Gard et du Tarn du 11 au 13/06, avec des cumuls pluviométriques de 300-400 mm en 48 heures sur l'épicentre du phénomène. La région des Grands Causses se trouve relativement épargnée, comme le suggère le gradient pluviométrique de la vallée de la Sorgue à Millau : 110 mm à Latour-sur-Sorgue, 60 mm à Millau-Soulobres. (voir rubrique "événements) La goutte froide se résorbe progressivement et la cellule anticyclonique de traduit par l'établissement d'un flux de nord-ouest concrétisé par le retour du beau temps en fin de décade.

coeur estival 21juin - 10 août

1ère décade : 21/06 - 30/06

La cellule anticyclonique se décale lentement vers l'Europe centrale, le maintien de la circulation méridienne permet la mise en place d'une vague de chaleur à partir du 23/06. Le soleil brille sur les Grands Causses, la chaleur légèrement tempérée par un vent du Midi modéré. Les méandres du jet-stream d'altitude se décalent lentement vers l'Est, ce qui permet le rétablissement d'un flux de nord-ouest qui rafraîchit l'ambiance atmosphérique. Le contraste thermique avec l'air chaud qui résiste vers le bassin méditerranéen favorise une situation orageuse classique, qui épargne la partie méridionale des Grands Causses. Seulement quelques averses ponctuelles sont détectées dans la nuit du 25-26/06, sinon c'est le beau temps qui règne globalement sur la région, avec un bel ensoleillement conforme à l'influence du climat méditerranéen.


2ème décade : 01/07-10/07

Le positionnement du jet-stream à hauteur des Iles britanniques favorise l'établissement d'un beau temps stable sur les Grands Causses. La vitesse modérée du courant d'altitude se traduit par d'amples ondulations et la succession de cellules anticycloniques provoque la désagrégation de quelques faibles perturbations sur le nord-ouest du pays. Cette configuration synoptique se concrétise par une prédominance d'un flux de nord-ouest, parfois du vent soutenu, des nuits relativement fraîches , de beaux ciels bleus, sans forte chaleur en journée, rarement plus de 30° dans les vallées. Cette ambiance rappelle les étés d'antan, la stabilité des années 1960-70, l'influence sensible de l'été méditerranéen.

3ème décade : 11/07-20/07

La stabilité amorcée précédemment se confirme nettement, suite à une ondulation anticyclonique fixée dans le secteur des Iles britanniques. Donc la décade favorise la prédominance d'un temps estival, simplement interrompu par l'influence d'une perturbation de nord-ouest se désagrégeant vers le sud du pays. Cette évolution classique se traduit par une ambiance fraîche et ventée durant 3 jours, un ciel très ennuagé, alors que le soleil brille sur les pentes cévenoles par effet de foëhn. Le décalage très progressif de la cellule anticyclonique vers l'Est se traduit par un retour de la chaleur dès le 19 juillet.


4ème décade : 21/07-31/07

La tendance globale se prolonge conformément à l'évolution estivale du climat régional. Il s'agit donc d'une situation anticyclonique renforcée par le réchauffement climatique. Cela se traduit par des apophyses des hautes pressions subtropicales, intégrées dans les amples ondulations du courant-jet en altitude. Ainsi s'expliquent de brefs pics de chaleur, banals sur les Grands Causses, plus surprenants vers l'ensemble de l'hexagone. Le flux de basses couches demeure le plus souvent de nord-ouest, plutôt dans un champ de pression à faible gradient, style "marais barométrique", configuration propice aux orages localisés par évolution diurne à proximité des reliefs. Signalons par exemple l'orage sévère sur St Félix-de-Sorgue la nuit du 22-23/07, avec grêlons comme des billes durant 5 bonnes minutes, phénomène rare sur ce secteur du Sud-Aveyron. Ensuite, les pics de chaleur atteignent au maximum 35° dans les vallons les plus favorables à l'accumulation de chaleur, à peine 3 journées d'atmosphère très lourde, sinon vent d'autan blanc modéré pour assurer une ventilation supportable par effet de foehn, ce qui place la région au seuil de canicule fixé à 3 jours et 3 nuits consécutifs. Cette ambiance estivale remarquable place juillet au rang des mois les plus secs depuis 1959.

5ème décade : 01/08 - 10/08

La configuration synoptique conserve la constance de ce profil estival, toujours marqué par une succession de cellules anticycloniques qui circulent dans les méandres d'un jet-stream qui dessine une sinusoïde accentuée. Une telle évolution provoque des contrastes thermiques brutaux , liés aux rapides modifications du gradient de pression. En outre, les flux passagers de nord-ouest permettent un creusement dépressionnaire sur le golfe de Gênes, générant le renforcement de tramontane et mistral. D'où le risque maximal d'incendies sur les zones les plus exposées, à ce stade avancé du dessèchement végétal. La prédominance anticyclonique favorise l'expansion de l'air tropical vers le nord de l'hexagone. Donc l'épisode caniculaire devient plus sévère au-delà de la région parisienne, alors que sur les Grands Causses le phénomène impacte seulement leprincipales vallées au coeur de l'après-midi. Par exemple, en vallée de Sorgue, on relève des maxima supérieurs à 35° du 07-09/08 , les minimales s'abaissant au seuil des 15°. En outre, l'ensoleillement demeure très élevé et les foyers rageux très localisés, plutôt vers les Mts de Lacaune.

Eté automnal : 11 août - 20 septembre


1ère décade : 11/08 - 20/08

Toujours la persistance de la masse d'air très chaude en début de décade. Toutefois, l'épisode caniculaire se place au 3ème rang, après 2003 en terme de durée (12 jours), derrière 2019 en terme d'intensité (46° au pied des Cévennes gardoises et héraultaises). Le phénomène est plus intense vers le nord que dans le domaine méditerranéen, où un léger brassage diminue la concentration de la chaleur sous l'effet da quelques brises de vallées. Ensuite, les méandres du jet-stream reprennent leur rythme estival en altitude. Un bref passage dépressionnaire provoque une situation orageuse dans la nuit du 12-13/08, assez marquée sur la vallée de la Sorgue, suivie d'un flux de nord-ouest modéré avec bel ensoleillement et ambiance agréable. Puis le 19/08, un vent d'autan soutenu nous ramène une bonne chaleur, toutefois la sécheresse estivale n'atteint pas un niveau remarquable sur le Sud-Aveyron, grâce à l'épisode pluvieux de mi-juin, contrairement à de nombreuses régions de la moitié nord de la France.

2ème décade : 21/08 - 31/08

Durant cette période se dessinent les prémices d'une ambiance automnale, alors que la chaleur estivale tente encore de faire de la résistance. Effectivement les maximales dépassent encore les 30° en journée des 25 et 27/08, toujours sous l'influence d'un anticyclone sur le Proche-Atlantique, qui favorise un bel ensoleillement et un vent de nord-ouest modéré. Mais dès le 28/08, changement assez brutal avec une descente d'air polaire devenant de plus en plus instable vers le Sud. La convection se développe autour du Canigou, tandis que des pluies modérées arrosent les Grands Causses (10 à 15 mm). S'ensuit un temps de traîne caractérisé par vent de nord-ouest soutenu, fraîcheur marquée et quelques averses. Fini le temps des canicules, place à une ambiance plus classique, avec flux océanique à la latitude des Iles britanniques.


3ème décade : 01/09 - 10/09


La configuration synoptique évolue vers une hausse de pression depuis l'Atlantique, ce qui permet un assèchement de la masse d'air et un ensoleillement généreux après une sensible fraîcheur matinale (minima inférieurs à +5° dans certains bas-fonds le 02/09). Néanmoins situation conforme à la saison, qui se poursuit tout au long de la décade. Les amples ondulations du courant d'altitude au niveau des îles britanniques favorise une tendance dépressionnaire en Méditerranée, concrétisée par un renforcement passager du vent de N.O. les 05-06/09. En outre, cela se traduit par l'isolement d'une "goutte froide"se déplaçant lentement du golfe du Lion vers la Sardaigne. S'ensuit une instabilité orageuse qui demeure cantonnée au rebord de la Montagne Noire, inoffensive sur le Sud-Aveyron le 09/09. Ce sont peut-être les prémices de la "mousson méditerranéenne", se manifestant souvent vers la mi-septembre. L'occasion d'enrayer la sécheresse qui impacte la région, notamment le rougier de Camarès.

4ème décade : 11/09 - 20/09

La tendance demeure axée sur la persistance d'un flux anticyclonique subtropical, responsable d'un pic de chaleur exceptionnel sur le centre de la France du 13-18/09, avec des maxima supérieurs à 35°, qui épargne les Grands Causses grâce à un "autan blanc" modéré qui ventile l'atmosphère. Néanmoins, la situation mise en place en altitude depuis la décade précédente se confirme avec insistance, ce qui permet le développement d'une "goutte froide" se déplaçant lentement du golfe de Gascogne à la Méditerranée, avec forte convergence d'un flux humide et rapide vers les Cévennes . Ainsi se déclenche la sévérité maximale du système orageux le 19/09 au matin, très concentré et stationnaire durant 7 heures sur les versants sud de la Gardonnenque (R5++ d'après l'observatoire Keraunos). Un épisode qui rappelle la violence des éléments en septembre 1900 sur le secteur de Valleraugue, au pied de l'Aigoual (environ 950 mm en 10 heures contre 700 mm en 10 heures cette fois-ci, dont 360 mm en 3 heures.) Ailleurs, l'activité orageuse reste modérée, notre région du Sud-Aveyron se trouve encore en marge de cette virulence exceptionnelle, bloquée sur le rebord du Larzac (193 mm au Caylar).






Printemps estival : 11mai - 20juin

1ère décade : 11/05 - 20/05

La goutte froide se décale lentement vers l'Italie, laissant encore des formations nuageuses denses à l'arrière, notamment du Pays Basque à la Montagne Noire. Si la pluviosité demeure modeste sur l'ensemble des Grands Causses, des cumuls supérieurs à 200 mm sur le haut bassin-versant de l'Agout et du Thoré provoquent des crues exceptionnelles, comme du côté de l'Adour. Puis changement de régime à partir du 14/05, marqué par une cellule anticyclonique sur les Iles britanniques, alors que la dépression de Gênes permet le renforcement de la tramontane. Cette configuration favorise l'établissement d'une ambiance estivale remarquable, avec des maxima qui dépassent les 25° dans les vallées du 16 au 20/05.


2ème décade : 21/05 - 31/05

La situation estivale se prolonge durant toute la période, tout juste un passage nuageux sans précipitations notables le 23/05. Ainsi se distingue un phénomène remarquable par sa durée, en raison d'une circulation méridienne bien ancrée de l'Atlantique-Nord à l'Europe de l'Est, avec une puissante apophyse anticyclonique des Iles britanniques à la mer Baltique. Une telle configuration accroît le risque de sécheresse sur une grande partie du Massif Central notamment, notre région bénéficiant encore des réserves hivernales et de quelques entrées maritimes, bien affaiblies tout de même comme l'atteste ce bel ensoleillement. Ce contexte climatique pourrait contribuer à un relatif "essoufflement" du coronavirus, mais cela reste encore à démontrer !

3ème décade : 01/06 - 10/06

La configuration globale se traduit encore par une ambiance estivale en début de décade, néanmoins le recul vers le nord des hautes pressions favorise l'infiltration d'air chaud et humide sur la trajectoire de la péninsule ibérique. Ainsi se met en place un fort contraste entre l'air frais polaire issu de la mer du Nord et l'air instable provenant du large du Portugal. Donc, se déclenche un brusque changement de temps à partir du 04/06, marqué par un système pluvio-orageux et une baisse sensible des températures. Le vent de nord-ouest accompagne des passages nuageux instables qui se traduisent par un type de temps à giboulées et quelques instants de grésil ... Bref, une ambiance de mars-avril !

4ème décade : 11/06 - 20/06


La lenteur du jet-stream se révèle par ses méandres de grande amplitude, ce qui permet l'établissement d'une "vallée froide" , favorable à l'isolement d'une "goutte froide". Ainsi se met en place un système de blocage qui impacte une grande partie du territoire. Le positionnement du centre dépressionnaire sur le golfe de Gascogne est à l'origine de l'épisode cévenol remarquable, qui frappe de manière classique les hauts bassins-versants du Gard et du Tarn du 11 au 13/06, avec des cumuls pluviométriques de 300-400 mm en 48 heures sur l'épicentre du phénomène. La région des Grands Causses se trouve relativement épargnée, comme le suggère le gradient pluviométrique de la vallée de la Sorgue à Millau : 110 mm à Latour-sur-Sorgue, 60 mm à Millau-Soulobres. (voir rubrique "événements) La goutte froide se résorbe progressivement et la cellule anticyclonique de traduit par l'établissement d'un flux de nord-ouest concrétisé par le retour du beau temps en fin de décade.

coeur estival 21juin - 10 août

1ère décade : 21/06 - 30/06

La cellule anticyclonique se décale lentement vers l'Europe centrale, le maintien de la circulation méridienne permet la mise en place d'une vague de chaleur à partir du 23/06. Le soleil brille sur les Grands Causses, la chaleur légèrement tempérée par un vent du Midi modéré. Les méandres du jet-stream d'altitude se décalent lentement vers l'Est, ce qui permet le rétablissement d'un flux de nord-ouest qui rafraîchit l'ambiance atmosphérique. Le contraste thermique avec l'air chaud qui résiste vers le bassin méditerranéen favorise une situation orageuse classique, qui épargne la partie méridionale des Grands Causses. Seulement quelques averses ponctuelles sont détectées dans la nuit du 25-26/06, sinon c'est le beau temps qui règne globalement sur la région, avec un bel ensoleillement conforme à l'influence du climat méditerranéen.


2ème décade : 01/07-10/07

Le positionnement du jet-stream à hauteur des Iles britanniques favorise l'établissement d'un beau temps stable sur les Grands Causses. La vitesse modérée du courant d'altitude se traduit par d'amples ondulations et la succession de cellules anticycloniques provoque la désagrégation de quelques faibles perturbations sur le nord-ouest du pays. Cette configuration synoptique se concrétise par une prédominance d'un flux de nord-ouest, parfois du vent soutenu, des nuits relativement fraîches , de beaux ciels bleus, sans forte chaleur en journée, rarement plus de 30° dans les vallées. Cette ambiance rappelle les étés d'antan, la stabilité des années 1960-70, l'influence sensible de l'été méditerranéen.

3ème décade : 11/07-20/07

La stabilité amorcée précédemment se confirme nettement, suite à une ondulation anticyclonique fixée dans le secteur des Iles britanniques. Donc la décade favorise la prédominance d'un temps estival, simplement interrompu par l'influence d'une perturbation de nord-ouest se désagrégeant vers le sud du pays. Cette évolution classique se traduit par une ambiance fraîche et ventée durant 3 jours, un ciel très ennuagé, alors que le soleil brille sur les pentes cévenoles par effet de foëhn. Le décalage très progressif de la cellule anticyclonique vers l'Est se traduit par un retour de la chaleur dès le 19 juillet.


4ème décade : 21/07-31/07

La tendance globale se prolonge conformément à l'évolution estivale du climat régional. Il s'agit donc d'une situation anticyclonique renforcée par le réchauffement climatique. Cela se traduit par des apophyses des hautes pressions subtropicales, intégrées dans les amples ondulations du courant-jet en altitude. Ainsi s'expliquent de brefs pics de chaleur, banals sur les Grands Causses, plus surprenants vers l'ensemble de l'hexagone. Le flux de basses couches demeure le plus souvent de nord-ouest, plutôt dans un champ de pression à faible gradient, style "marais barométrique", configuration propice aux orages localisés par évolution diurne à proximité des reliefs. Signalons par exemple l'orage sévère sur St Félix-de-Sorgue la nuit du 22-23/07, avec grêlons comme des billes durant 5 bonnes minutes, phénomène rare sur ce secteur du Sud-Aveyron. Ensuite, les pics de chaleur atteignent au maximum 35° dans les vallons les plus favorables à l'accumulation de chaleur, à peine 3 journées d'atmosphère très lourde, sinon vent d'autan blanc modéré pour assurer une ventilation supportable par effet de foehn, ce qui place la région au seuil de canicule fixé à 3 jours et 3 nuits consécutifs. Cette ambiance estivale remarquable place juillet au rang des mois les plus secs depuis 1959.

5ème décade : 01/08 - 10/08

La configuration synoptique conserve la constance de ce profil estival, toujours marqué par une succession de cellules anticycloniques qui circulent dans les méandres d'un jet-stream qui dessine une sinusoïde accentuée. Une telle évolution provoque des contrastes thermiques brutaux , liés aux rapides modifications du gradient de pression. En outre, les flux passagers de nord-ouest permettent un creusement dépressionnaire sur le golfe de Gênes, générant le renforcement de tramontane et mistral. D'où le risque maximal d'incendies sur les zones les plus exposées, à ce stade avancé du dessèchement végétal. La prédominance anticyclonique favorise l'expansion de l'air tropical vers le nord de l'hexagone. Donc l'épisode caniculaire devient plus sévère au-delà de la région parisienne, alors que sur les Grands Causses le phénomène impacte seulement leprincipales vallées au coeur de l'après-midi. Par exemple, en vallée de Sorgue, on relève des maxima supérieurs à 35° du 07-09/08 , les minimales s'abaissant au seuil des 15°. En outre, l'ensoleillement demeure très élevé et les foyers rageux très localisés, plutôt vers les Mts de Lacaune.

Eté automnal : 11 août - 20 septembre


1ère décade : 11/08 - 20/08

Toujours la persistance de la masse d'air très chaude en début de décade. Toutefois, l'épisode caniculaire se place au 3ème rang, après 2003 en terme de durée (12 jours), derrière 2019 en terme d'intensité (46° au pied des Cévennes gardoises et héraultaises). Le phénomène est plus intense vers le nord que dans le domaine méditerranéen, où un léger brassage diminue la concentration de la chaleur sous l'effet da quelques brises de vallées. Ensuite, les méandres du jet-stream reprennent leur rythme estival en altitude. Un bref passage dépressionnaire provoque une situation orageuse dans la nuit du 12-13/08, assez marquée sur la vallée de la Sorgue, suivie d'un flux de nord-ouest modéré avec bel ensoleillement et ambiance agréable. Puis le 19/08, un vent d'autan soutenu nous ramène une bonne chaleur, toutefois la sécheresse estivale n'atteint pas un niveau remarquable sur le Sud-Aveyron, grâce à l'épisode pluvieux de mi-juin, contrairement à de nombreuses régions de la moitié nord de la France.

2ème décade : 21/08 - 31/08

Durant cette période se dessinent les prémices d'une ambiance automnale, alors que la chaleur estivale tente encore de faire de la résistance. Effectivement les maximales dépassent encore les 30° en journée des 25 et 27/08, toujours sous l'influence d'un anticyclone sur le Proche-Atlantique, qui favorise un bel ensoleillement et un vent de nord-ouest modéré. Mais dès le 28/08, changement assez brutal avec une descente d'air polaire devenant de plus en plus instable vers le Sud. La convection se développe autour du Canigou, tandis que des pluies modérées arrosent les Grands Causses (10 à 15 mm). S'ensuit un temps de traîne caractérisé par vent de nord-ouest soutenu, fraîcheur marquée et quelques averses. Fini le temps des canicules, place à une ambiance plus classique, avec flux océanique à la latitude des Iles britanniques.


3ème décade : 01/09 - 10/09


La configuration synoptique évolue vers une hausse de pression depuis l'Atlantique, ce qui permet un assèchement de la masse d'air et un ensoleillement généreux après une sensible fraîcheur matinale (minima inférieurs à +5° dans certains bas-fonds le 02/09). Néanmoins situation conforme à la saison, qui se poursuit tout au long de la décade. Les amples ondulations du courant d'altitude au niveau des îles britanniques favorise une tendance dépressionnaire en Méditerranée, concrétisée par un renforcement passager du vent de N.O. les 05-06/09. En outre, cela se traduit par l'isolement d'une "goutte froide"se déplaçant lentement du golfe du Lion vers la Sardaigne. S'ensuit une instabilité orageuse qui demeure cantonnée au rebord de la Montagne Noire, inoffensive sur le Sud-Aveyron le 09/09. Ce sont peut-être les prémices de la "mousson méditerranéenne", se manifestant souvent vers la mi-septembre. L'occasion d'enrayer la sécheresse qui impacte la région, notamment le rougier de Camarès.

4ème décade : 11/09 - 20/09

La tendance demeure axée sur la persistance d'un flux anticyclonique subtropical, responsable d'un pic de chaleur exceptionnel sur le centre de la France du 13-18/09, avec des maxima supérieurs à 35°, qui épargne les Grands Causses grâce à un "autan blanc" modéré qui ventile l'atmosphère. Néanmoins, la situation mise en place en altitude depuis la décade précédente se confirme avec insistance, ce qui permet le développement d'une "goutte froide" se déplaçant lentement du golfe de Gascogne à la Méditerranée, avec forte convergence d'un flux humide et rapide vers les Cévennes . Ainsi se déclenche la sévérité maximale du système orageux le 19/09 au matin, très concentré et stationnaire durant 7 heures sur les versants sud de la Gardonnenque (R5++ d'après l'observatoire Keraunos). Un épisode qui rappelle la violence des éléments en septembre 1900 sur le secteur de Valleraugue, au pied de l'Aigoual (environ 950 mm en 10 heures contre 700 mm en 10 heures cette fois-ci, dont 360 mm en 3 heures.) Ailleurs, l'activité orageuse reste modérée, notre région du Sud-Aveyron se trouve encore en marge de cette virulence exceptionnelle, bloquée sur le rebord du Larzac (193 mm au Caylar).






0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page